Comment le cerveau apprend une langue ?

Saviez-vous que quelle que soit la langue, notre cerveau fonctionne de la même manière pour décrypter ce qu’il lit ? Pour autant, comprendre et parler une langue étrangère ne vont pas forcément de paire. Selon l’âge de l’apprentissage d’une deuxième langue, le cerveau s’oblige à activer des zones ce qui lui demande de gros efforts. A cet égard, la neuroscience nous éclaire de plus en plus sur le processus d’acquisition d’une seconde langue. Différentes zones du cerveau s’activent pour nous permettre d’assimiler une langue étrangère.

rouages et mécanismes du cerveau

Comment le cerveau réagit-il face à l’apprentissage d’une langue ?

Nous en parlions dans un article sur la génétique et l’apprentissage d’une langue étrangère, le cerveau active deux zones principales.

  • L’aire de Broca qui gère la production du langage et son expression.
  • L’aire de Wernicke qui s’occupe de la compréhension.
cerveau aire de Broca et aire de Wernicke

La zone de Broca compartimente les différentes langues apprises. Sauf pour les enfants qui naissent et grandissent dans un environnement multilingue.

Cependant, des chercheurs de l’université de Berkley ont réussi à créer une cartographie cérébrale montrant que selon les différents mots, le cerveau activait des centaines de zones, quelle que soit la langue du sujet.

Par exemple, les mots comme « victime » ou « tuer » activent une zone dans le côté gauche du cerveau. Tandis que les mots comme « enfant » et « parent » activent une zone au sommet du cerveau.

Le point commun à tous les sujets est que ce sont les mêmes zones pour les mêmes mots dans une langue différente qui se sont déclenchées. Ainsi, nous pouvons comprendre que les schémas de déclenchement neuronaux sont similaires pour des langues différentes.

Selon une étude de l’Université de Carnegie-Mellon, il en va de même pour le sens d’une phrase. Notre cerveau décrypte une phrase ayant le même sens en anglais et en portugais de la même manière.

Notre cerveau possède donc une cartographie universelle. Il lui faut cependant pouvoir mémoriser ce qu’il reçoit comme information afin de pouvoir espérer parler une autre langue.

ouverture monde cultures differentes langues etrangeres

Comment la mémoire fonctionne-t-elle pour retenir une nouvelle langue ?

Notre mémoire fonctionne simplement en 3 étapes claires :

  1. Elle crée des traces mnésiques qui sont les informations apprises et retenues pas le cerveau.
  2. Puis, elle stocke ces informations.
  3. Enfin, elle les restitue lorsque les traces mnésiques sont rappelées par notre cerveau.

Cependant, la plasticité d’un cerveau adulte n’est pas la même que celle d’un enfant. Beaucoup plus dense jeune, il permet d’apprendre plus facilement dès l’âge le plus tendre. C’est la raison pour laquelle, il est presque impossible passé la puberté d’apprendre une langue étrangère sans accent. Avec une plasticité réduite, le cerveau absorbe moins bien certaines informations. Malgré tout, il reste suffisamment flexible pour permettre à l’homme d’apprendre à lire à tout âge.

mémoire infinie idées infinies

La mémoire peut recouvrir 3 formes différentes : la mémoire procédurale, la mémoire sémantique et la mémoire personnelle. La mémoire sémantique est celle qui permet d’apprendre une langue en créant un répertoire sémantique et lexical dans la zone de Wernicke. Il n’y a donc pas de limite de stockage. On peut donc apprendre des mots à l’infini, ce quelle que soit la langue.

Comment optimiser le cerveau pour apprendre une langue étrangère ?

Les neurosciences prouvent que l’apprentissage classique ne fonctionne pas. Vous pourrez apprendre tout le vocabulaire que vous voulez, si vous ne pratiquez pas, vous ne pourrez donc jamais vous exprimer.

Vous devez donc stimuler votre aire de Broca !

L’immersion est souvent mise en avant. Elle permet d’assimiler une langue naturellement. En plus, vous gardez longtemps en mémoire les schémas neuronaux créés par la pratique de langue. Sauf que l’immersion n’est pas forcément possible pour tous.

L’immersion locale paraît donc être votre meilleure option. Le Middlebury College, reconnu pour ses apprentissages linguistiques, utilise une méthode simple pour apprendre à parler une langue

  • la parler en tout temps
  • s’en servir dans un but précis comme l’organisation d’un projet ou la pratique d’une activité
  • utiliser les outils numériques et médias bruts mis à disposition tels que les podcasts, films, vidéos en V.O.
  • échanger avec les autres

Les chercheurs dans l’apprentissage des langues retiennent finalement que la meilleure méthode d’apprentissage est la combinaison des outils numériques actuels et des sessions d’échanges avec les enseignants.

À la manière de la classe inversée, l’apprentissage doit passer par une partie ludique et immersive seul pour être partagé ensuite avec le professeur.

Les 2 bienfaits majeurs pour le cerveau d’une nouvelle langue

apprendre langue accroissement cerveau considerable
  • La taille du cerveau augmente en apprenant une nouvelle langue. Selon une étude suédoise, le cerveau croît à grande vitesse lorsqu’une langue est apprise de manière intensive. Également, certains sons ne se distinguent pas de la même manière d’une langue à une autre. Les japonais ne font pas la différence entre le « r » et le « l ». Les IRM montrent que 2 zones du cerveau s’activent chez les anglo-saxons pour ces 2 sons alors qu’une seule zone s’active pour les japonais. À l’apprentissage de l’anglais, ils ont rapidement appris à distinguer les deux sont et de ce fait, une nouvelle zone du cerveau se crée. Donc, il grossit !
appprendre langues etrangeres enrayer certaines maladies
  • Une nouvelle langue permettrait de retarder la maladie d’Alzheimer et la sénilité. En effet, la pratique de plusieurs langues entretient les connexions cognitives et entraîne la mémoire. Des études canadiennes expliquent qu’Alzheimer et la sénilité se diagnostiquent plus tard pour les personnes bilingues ou multilingues. Apprendre des langues étrangères nous offrirait donc des chances de repousser certaines maladies.

Finalement, apprendre une langue étrangère ne peut avoir que des bénéfices pour le cerveau. Toutes les recherches montrent que le cerveau est toujours plus actif et se développe rapidement lorsque l’on ne s’arrête pas à sa langue maternelle. Certes, apprendre vous demande certains efforts, mais la science nous explique que tout est possible, quel que soit votre âge ou votre langue. Alors, lancez-vous et commencez par apprendre l’anglais !

10 erreurs fréquentes en anglais faites par les français

10 erreurs fréquentes en anglais faites par les français

Faire des fautes quand on parle anglais, c’est normal. Vous en faites beaucoup ? Si vous débutez votre apprentissage, vous faites certainement les erreurs fréquentes en anglais que tous les Français font. Heureusement, vous pouvez avec un peu d’entraînement limiter les couacs de langage.

Si vous avez prévu de voyager en Angleterre prochainement comme Linguish et sa communauté, vous allez vous préparer pour vous exprimer durant votre séjour.

Alors pour vous aider à éviter trop d’erreurs et de pièges de l’anglais, nous allons découvrir les erreurs les plus courantes faites par les français en anglais.

1 – Ssss

L’erreur classique lorsque les Français parlent anglais est l’oubli de prononciation du « s » à la 3e personne du singulier. En français, nous avons le « s » à la 2e personne du singulier, mais nous ne le prononçons pas. Les Anglo-saxons prononcent clairement le « s » même si pour nous cela relève du challenge oral. « He drinks water », facile. « She laughs at the joke », un peu plus compliqué.

2 – As you wish

Même si on vous comprendra en disant « as you want », les Anglais disent « as you wish » pour dire « comme tu veux ».

3 – Agree

Vous aussi vous êtes d’accord ? Parfait !

Comment le dites-vous, alors ? En anglais, to agree est un verbe pour notre expression complète « être d’accord ». Donc, vous direz « I agree » et surtout pas « I’m agree« . Pour le verbe contraire, to disagree, le principe est le même.

4 – Breakfast time

C’est l’heure de prendre le petit- déjeuner ! Mais voilà, en anglais on ne dit pas « to take breakfast », mais « to have breakfast ».

So, let’s have breakfast at 8 o’clock !

5 – Money, money

L’argent, vous devez le gagner. Mais, on ne dit pas to win money. Gagner de l’argent, se dit to earn money.

Vous gagnez un défi, to win a challenge.

To earn est vraiment lié à l’argent ou à ce que vous gagné et que vous méritez. C’est le fruit de votre travail. Ne faites plus cette erreur classique.

6 – What’s the date today ?

Les dates sont une des erreurs les plus courantes en anglais,car elles ne vont pas dans la logique de notre langue française. Cela vient de la structure de la date et de la manière dont on utilise le chiffre contenu dans la date. En français, nous avons simplifié au maximum sauf pour le premier jour du mois. En effet, on dit bien le 1er mars par exemple. Cela signifie que c’est le 1er jour du mois. Puis nous laissons cette structure pour prendre le numéro puis le mois. En anglais, la date part de la même structure que le 1er jour du mois en français. Sauf que cela dure tout le mois.

Cela vous explique donc pourquoi les dates en anglais classent les jours du mois selon les numéros ordinaux 1st, 2nd, 3rd, 4th, 5th, etc.

Ensuite, ils inversent le mois et le numéro du jour pour avoir la structure : Mois + numéro du mois comme March 5th.

7 – Les faux-amis

En anglais, les faux-amis sont nombreux pour les Français. Cela nous mène tout droit vers des fautes facilement faites , parce que c’est tellement naturel… sauf que cela veut bien souvent dire toute autre chose. Alors, dans vos échanges, pensez aux mots le plus courants à ne pas confondre. Voici une liste non exhaustive :

  • miserable : malheureux
  • confidence : confiance
  • sensible : raisonnable
  • eventually : en fait, finalement
  • sensitive : sensible
  • library : bibliothèque
  • tissue : mouchoir
  • affair : liaison amoureuse
  • sympathetic : compatissant, compréhensif
  • sympathy : compassion
  • plate : assiette

8 – Les pluriels au singulier

Les erreurs fréquentes en anglais résident également dans la confusion des mots anglais qui sont invariablement au pluriel. Pour ajouter à la confusion, ils sont conjugués au singulier. Le plus simple est de retenir par cœur les mots concernés.

Voici les plus courants :

The news is good : les nouvelles sont bonnes

The United States is powerful : les État-Unis sont puissants

This crossroads is safe : ce croisement est sécurisé

À l’inverse, on dit : the police are on their way, la police arrive.

9 – Le THE…

Le, la en français, nous les utilisons systématiquement. Un nom commun ne peut pas être employé sans article dans une phrase. En anglais, parfois on utilise the, parfois non. C’est peut-être la faute la plus courante. Pas facile de savoir s’il faut l’employer.

Dans le doute, mieux vaut ne pas l’utiliser. Il peut changer le sens de certains mots comme people et the people, les gens et le peuple. On ne le met pas devant des généralités comme les noms de pays, les saisons, les parties du corps, les lieux publics, les tendances, etc.

Si vous parlez de quelque chose de spécifié, le the sera alors plus utilisé.

Exemple : I love watching fashion shows, je décris une généralité. I love the jacket you’re wearing, je suis spécifique dans mon propos.

10 – Les homonymes

Vous pouvez vite vous emmêler les pédales et tomber dans les pièges de la langue anglaise. Plus visibles à l’écrit qu’à l’oral, mieux vaut que vous sachiez de quoi vous parlez.

Bare / Bear : Exposer-Nu / Supporter-Ours

Meet / Meat : Rencontrer / Viande

Break / Brake : Casser / Freins

Through / Threw : À travers / Jeter-Lancer

Bored / Board : Qui s’ennuie / Planche – Direction (entreprise)

Your / You’re : Ton-Ta / Tu es

Its / It’s : Son-Sa / C’est

They’re / Their / There : Ils sont / Leur(e)(s) / Il y a

To / Too / Two : À-Vers / Aussi / Deux

Erreurs fréquentes en anglais bonus

Je vous partage deux petites dernières qui peuvent vous être bien utiles à chaque instant. Nous éternuons tous plusieurs fois par jour. Alors, surtout ne dites pas « To your wish » à quelqu’un qui éternue. « À vos/tes souhaits » se dit « Bless you ».

La 2e erreur qui peut porter très vite à confusion est « to propose ». Cela ne veut pas dire proposer, mais faire sa demande en mariage ! Utilisez « to suggest » ou « to offer » pour faire votre proposition.

Évidemment, il y a de nombreuses autres erreurs fréquentes en anglais. On pourrait parler de la différence entre make et do ou me, myself and I ou toutes les différences de connotations entre certains termes. Cependant, rien ne vaut l’apprentissage de l’anglais avec des enseignants compétents pour découvrir les subtilités de la langue. L’équipe Linguish saura vous guider pour apprivoiser les particularités de l’anglais avec la méthode de la classe inversée.

#letsdolinguish

Entretenir son anglais facilement | 19 trucs et astuces

Entretenir son anglais facilement | 19 trucs et astuces

Vous avez un niveau d’anglais intermédiaire et vous avez envie de le garder voire de l’améliorer ? Entretenir son anglais est indispensable pour ne pas perdre le niveau acquis. Seulement voilà, cela demande quelques efforts. On dit souvent que si l’on n’entretient pas notre anglais, on oublie, on perd confiance et on évite toute interaction avec la langue de Shakespeare. Pour maintenir votre engouement, il est nécessaire de continuer à pratiquer l’anglais à l’oral comme à l’écrit. Cela peut être ludique et facilement s’adapter dans un emploi du temps quelquefois compliqué. Aujourd’hui, la technologie nous permet d’accéder plus facilement aux outils qui peuvent nous permettre d’entretenir son anglais. Néanmoins, il y a aussi des trucs et astuces simples et originaux qui permettent d’être immergé dans le monde anglo-saxon.

Entretenir son anglais à l’oral

Rien de mieux que de parler 3 ou 4 heures par semaine au minimum pour maintenir et améliorer le niveau d’anglais.

  1. Parlez en anglais dès que c’est possible. À l’école, à la maison, au bureau, de nombreuses occasions permettent d’échanger en anglais. Ne vous en privez pas.
  2. Côtoyez des anglophones. Un collègue, un ami, un club, une association d’échanges internationaux vous donnent l’opportunité de pratiquer votre anglais. 
  3. Téléchargez une application pour améliorer l’accent et développer le vocabulaire.
  4. Révisez votre anglais avec votre enfant ou votre ado à la maison. Profitez des leçons de l’école pour entretenir les notions de base.
  5. Partez avec un PVT. L’immersion linguistique dans un pays anglo-saxon est certainement la manière ultime pour faire plus qu’entretenir son anglais. C’est le passeport pour être bilingue.

Réviser son anglais à l’écrit

L’écriture est une méthode parfaite pour permettre au cerveau de retenir. Si en plus vous avez une mémoire photographique, l’anglais par écrit vous sera très bénéfique.

  1. Gardez un logbook à portée de mains. Le logbook est littéralement le journal de bord. Utilisez-le pour noter un nouveau mot, une nouvelle expression. Il permet d’intégrer autant la phonétique que l’orthographe.
  2. Tenez un journal intime. « To journal » est devenu une des activités très en vogue ces dernières années. Prenez un cahier ou un bullet journal, et chaque jour écrivez 5 ou 6 phrases en anglais qui décrivent la journée que vous avez vécue.
  3. Utilisez des applications de traduction sérieuses comme Word Reference pour intégrer les variantes et les diverses significations possibles de mots.

Lire, écouter, regarder en anglais

  1. Regardez les films, les séries et les dessins animés en anglais. Extrêmement populaire, c’est certainement un des meilleurs moyens pour apprendre, entretenir son anglais. Vous vous familiarisez aussi avec les sons et accents de la langue anglaise. Selon votre niveau, activez ou non les sous-titres français ou anglais.
  2. Choisissez des séances de cinéma en VOST. Dans le même esprit que le point précédent, trouvez les salles qui diffusent le film que vous souhaitez voir en VO. Les vraies voix des acteurs sont tellement plus agréables !
  3. Apprenez les paroles des chansons. Vous aimez certainement des artistes anglo-saxons. Que préférez-vous ? Chanter en chewing-gum ou trouver les paroles sur internet et chanter pour de vrai ? Chanter comme un pro je parie ! Non seulement vous y apprenez des nouveaux mots, mais vous comprenez enfin le sens des morceaux que vous fredonnez.
  4. Lisez les livres d’auteurs étrangers en anglais. Dans le même esprit que les chansons, lire les vrais mots, les comprendre donne vraiment une autre dimension à l’histoire. Par expérience, lire un livre d’un auteur anglophone en français puis le lire en anglais change tout. Vous vous rendez compte que la traduction, bien que bonne est souvent adaptée. L’histoire manque donc parfois de saveur avec la version traduite.
  5. Consultez les sites d’informations étrangers. Le New York Post, USA Today, The Guardian. Une façon de garder un pied dans l’actualité internationale. Également, regarder CNN ou SkyNews est parfait pour habituer votre oreille aux accents et au débit de la parole.
  6. Écoutez les podcasts et TED sur smartphone ou tablette avec des écouteurs ou au casque. S’isoler dans un environnement sonore fermé permet de bien entendre les syllabes et les intonations.

Jouer pour améliorer son anglais

  1. Vérifiez votre progrès. Avec des exercices, des tests en ligne vous pouvez contrôler votre niveau. Avez-vous réussi à entretenir votre anglais ? Ou êtes-vous en perte de vitesse ? De nombreuses applis gratuites proposent aussi des exercices d’entretien et de test de niveau.
  2. Switchez votre smartphone et votre ordinateur en langue anglaise. Vous pouvez rester immergé dans la langue au quotidien par des petits rappels d’expressions très utilisées surtout dans le monde professionnel.
  3. Suivez les influenceurs anglo-saxons sur les réseaux sociaux. Vous vous tenez informé des dernières tendances en lisant les posts des « stars », des youtubeurs, des influenceurs en anglais. Vous découvrez souvent des expressions qui sortent souvent des conventions grammaticales classiques, mais qui sont pourtant très utilisées au quotidien.
  4. Lisez les blogs en anglais. Vous avez des passions ? Suivez des blogueurs dont le blog est en anglais et lisez leurs articles. Cela présente un avantage énorme, celui de vous transmettre le vocabulaire sur une thématique. Vous aimez la cuisine ? Apprenez les termes et le champ lexical qui concerne l’art culinaire au fil des articles publiés.
  5. Jouez aux jeux vidéos. Ils font désormais partie de la vie de nombreux foyers. Même s’ils sont parfois controversés, vous pouvez choisir le langue pour certains et pour d’autres, les personnages s’expriment en anglais par défaut. Donc, tout au long du jeu vous entendez et retenez de nombreuses phrases qui reviennent dans le scénario. Après avoir lu quelques fois les sous-titres, vous finissez par retenir et savoir ce que les personnages disent.

À vous maintenant !

 

Entretenir son anglais demande du travail, mais vous venez de voir que de nombreuses astuces existent pour réviser sans en avoir l’air. Finalement, vous trouverez de nombreuses méthodes pour profiter de vos acquis et ne pas les perdre. Il y en a pour tous les goûts et toutes les affinités. Cependant, apprendre une langue et améliorer son niveau nécessitent une condition sinéquanone : l’envie. L’anglais a cet avantage d’être utile dans presque toutes les circonstances de la vie scolaire ou professionnelle. À titre privé, lors de vos voyages à l’étranger, parler l’anglais vous ouvrira toutes les portes même si ce n’est pas la langue maternelle du pays visité. Cela vaut donc bien la peine d’entretenir son anglais. Et vous, quelles sont vos astuces pour progresser ou maintenir votre niveau d’anglais ?

 

L’apprentissage d’une langue étrangère : une ouverture au monde.

Invitez votre enfant au voyage à travers l’apprentissage d’une langue étrangère, et pour ce faire, nul besoin de boucler vos valises demain, le voyage se prépare dès l’enfance par une initiation toute en douceur à la langue.

1. Voyager.

VOYAGE LANGUE ANGLAIS APPRENDRE

L’apprentissage d’une langue étrangère est une ouverture sur le monde, et ce dès le plus jeune âge.

La langue anglaise est la plus parlée au monde, cela fait donc d’elle, en quelques sortes, la langue « officielle » de notre planète.
Il faut savoir que 67 pays dans le monde sur 195 placent l’anglais comme première langue officielle ; 27 autres positionnent l’anglais comme seconde langue officielle. C’est conséquent.

En traversant n’importe quelle frontière, hors pays francophones bien sûr, vous avez 9 chances sur 10 de parler anglais avec la première personne que vous rencontrez. L’anglais permet à chacun de communiquer, peu importe l’endroit sur Terre où il se trouve. C’est vraiment extraordinaire quand on y pense.

D’où l’importance de sensibiliser nos enfants à cette langue dès le plus jeune âge, et leur permettre de s’ouvrir au monde de manière douce et naturelle.

2. Le plus tôt possible.

L’ouverture au monde par la langue devrait se faire dès le plus jeune. En effet, entre 0 et 3 ans, l’enfant connaît un développement intellectuel très fort et un développement cognitif très intense, chose qui ne se reproduira plus dans sa vie ensuite. Cette période est clef dans sa croissance ; l’enfant serait plus apte à apprendre à ce stade de sa vie, et à engranger un nombre incroyable d’informations. Ne dit-on pas que tout se joue avant 3 ans ?

En effet, à cet âge, l’enfant a développé une certaine souplesse intellectuelle qui lui permet d’appréhender une nouvelle langue, en parallèle de sa langue maternelle ; un apprentissage par le mimétisme, la répétition, le chant, le jeu,… autant d’approches diverses qui vont lui permettre de s’immerger dans la langue.

Il est bon de savoir que l’apprentissage d’une autre langue n’a aucun impact négatif sur la langue maternelle. Bien au contraire. Les deux langues s’influencent mutuellement, l’enfant acquiert du vocabulaire supplémentaire, chaque apprentissage s’en trouve amélioré.

3. Et découvrir d’autres cultures.

apprendre anglais monde langue

L’ouverture au monde se fait par la langue mais également par l’approche culturelle de cette langue. Comme nous le précisions, l’anglais est parlé dans de nombreux pays, tel que l’Inde, l’Afrique du Sud, le Canada, l’Australie etc… L’apprentissage d’une langue étrangère dès l’enfance c’est proposer à son enfant d’autres cultures, c’est l’introduire au monde, lui permettre déjà d’exister dans une société multiculturelle.

Linguish intègre de manière prépondérante l’approche culturelle de la langue puisque chaque groupe d’âge est relié à un pays anglophone, et les cours liés sont articulés autour de la culture du pays.

Le groupe Ireland a ainsi découvert l’existence du farfadet, et en musique :

https://www.youtube.com/watch?v=h0SBNVT4vok&t=4s

Ainsi,

S’ouvrir au monde par l’apprentissage d’une langue étrangère, c’est très certainement l’assurance d’une vie meilleure car immensément enrichie et ce dès le plus jeune âge. C’est donner à l’enfant la possibilité de s’évader, de voyager, de parcourir le monde, inconsciemment d’abord, par le jeu, le chant, les livres ; puis plus concrètement, en vacances, en classe verte, en stage, en immersion.

C’est une réelle ouverture sociale au monde. Faire tomber la barrière de la langue c’est s’ouvrir une multitude de portes et élargir son champ de vision, et surtout le champ des possibles.